L’action des agences de l’eau s’inscrit dans le temps, au travers de multiples actions

 

QUELQUES EXEMPLES

Coopération institutionnelle

♦ Bassin du Stung-Sen au Cambodge

Agences de l’eau Rhin-Meuse et Loire-Bretagne
Le bassin de Stung Sen est l’un des affluents du lac Tonle Sap, le plus grand lac d’eau douce d’Asie du Sud. Depuis 2012, les agences de l’eau Rhin-Meuse et Loire-Bretagne interviennent sur le bassin versant du Stung Sen au Cambodge : elles proposent un appui technique à la mise en place d’une gestion intégrée des ressources en eau. Cela s’est traduit par la mise en place d’un Comité de Bassin, des actions de formation, et l’élaboration d’un plan de gestion de l’eau avec un programme d’actions. Son articulation avec la mise en œuvre de projets de solidarité internationale a été engagée à travers l’équipement de 8 premiers villages accompagné de l’installation des premiers cadres d’une intercommunalité locale.

 

♦ Projet MOSIS sur le bassin versant du fleuve Sénégal

Agence de l’eau Adour-Garonne
Depuis 2017, l’agence de l’eau Adour-Garonne, soutient la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne qui a lancé le projet MOSIS (Monitoring and Survey of Irrigated Systems) sur le bassin versant du fleuve Sénégal. Couvrant 4 pays (Mali, Mauritanie, Guinée et Sénégal), ce territoire se caractérise par une forte activité agricole.

Le projet porte sur 3 objectifs au service de la bonne gouvernance du bassin :
    • identifier les volumes prélevés,
    • produire un service pérenne sur la base d’informations satellitaires,
    • développer une plateforme web de cartographie partagée permettant de disposer d’informations et d’indicateurs spatialisés. C’est la disponibilité de l’eau douce qui est en jeu.

Coopération décentralisée et solidarité

♦ Fonds Eau de la Métropole de Lyon

Agence de l’eau Rhône-Méditerranée Corse
La Métropole de Lyon (69) se mobilise pour l’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans le monde, en particulier au travers d’un fonds de solidarité métropolitain : le « Fonds Eau ».
Créé en 2004, il apporte un soutien financier à des associations et collectivités menant des projets dans 24 pays en développement.
De 2013 à 2018, le Fonds Eau a permis de soutenir 110 projets, soit plus de 750 000 bénéficiaires dans 16 pays différents avec le soutien de l’agence de l’eau.

 


♦ Coopération entre l’AIMF, le SIAAP et Vientiane au Laos

Agence de l’eau Seine-Normandie
Face au manque d’infrastructures d’assainissement de la capitale du Laos, l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), le Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP, 75) et la municipalité de Vientiane ont signé un protocole de coopération en 2016. Il a permis la structuration de la filière de gestion des boues de vidanges, la construction d’une station de traitement de ces boues, l’accompagnement des acteurs locaux dans l’exploitation, l’adoption d’une réglementation municipale. Avec de multiples bénéfices : meilleures conditions sanitaires de la population, protection de l’environnement, valorisation des produits pour l’agriculture.


♦ Engagement de la ville de Châtellerault et de l’agglomération au Burkina Faso

Agence de l’eau Loire-Bretagne
Chaque année, la ville de Châtellerault (86) et l’Agglomération consacrent, avec le concours de l’agence de l’eau Loire-Bretagne, un budget d’environ 200 000 € à la solidarité internationale, notamment au Burkina Faso, avec la ville de Kaya au Sahel. Cette coopération s’attache à la mise en œuvre d’infrastructures avec un accompagnement durable. L’enjeu : pérenniser l’accès à l’eau et à l’assainissement et améliorer la gestion locale de l’eau pour un impact direct sur le quotidien des populations.


♦ Association Les Perles du Faso au Burkina Faso

Agence de l’eau Artois-Picardie
L’association « les Perles du Faso » (62) accompagne les populations en situation précaire au Burkina Faso. En 2017, elle a sollicité l’agence de l’eau Artois-Picardie pour mener un programme d’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans la commune de Logoubou. Accompagnée du département du Pas-de-Calais et de la municipalité de Liévin, l’agence de l’eau a contribué à hauteur de 80% des coûts du projet. Ainsi, des forages et des latrines ont pu être installés à Logoubou. En France, les habitants et les enfants de la commune de Liévin ont été sensibilisés aux enjeux de l’eau.